AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Confidences à un cheval (pv Esendril)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Confidences à un cheval (pv Esendril)   Jeu 19 Jan - 19:42


Revoir William au moins une fois dans ma vie était bien plus que je n'avais oser espérer. Bien sur, j'avais espérer le croiser à chaque tournant du couloir, à chaque fois aue la porte de la citadelle s'ouvrait, et pourtant... C'était comme si une partie en moi avait toujours su qu'il ne reviendrait pas, qu'il était mort pour de bon. Bien sur, je n'avais jamais vraiment écouté cette petite voix de la raison, si ce n'était après mon retour à Honia. J'avais réalisé aue j'allais devoir apprendre à vivre sans lui, et à arrêter de fuir dans les illusions. Bien sur, c'était bien plus facile à vivre grâce aux illusions, öais cela n'aurait pas été juste envers Caelia et William.Ils méritaient tellement mieux qu'une mère qui se laisse aller dans son chagrin. J'avais déjà raté 18 ans de leurs vies, et je ne voulais pas en manquer d'avantage. Et puis, il y avait eu cette nouvelle rencontre avec Will... Pendant quelques instants, j'avais cru que maintenant, tout allait s'arranger, mais les apparences étaient trompeuses. Will avait changé, et pourtant, je n'avais pas de doute que c'était bien lui. Sauf qu'il ne semblait se souvenir de rien, ni des enfants, ni de moi, et même pas de son prénom puisau'il se faisait appeler Esendril... Un prénom joli, certes, mais ce n'était pas le sien. Le problème, c'était que j'étais tout simplement incapable de le lâcher, de le laisser partir vu que tout espoir semblait parti. Mais quelque chose me disait que si on était toujours là tous les deux, qu'on avait survécu à tant de choses, il devait y avoir une raison, et il était hors question que je baisse si rapidement les bras. Mais c'était quelque chose aui était bien sur bien plus facile à dire qu'à faire. Comment faire en sorte qu'il s'en souvienne ? Pour le moment, je n'avais pas la moindre idée. Après tout, cela devaient être des souvenirs extrêmement enfui puisqu'il ne s'était pas rappellé pendant ses 18 ans d'absence.
Perdue dans mes pensées, je pansais le cheval de mon fils.
"Hein mon beau, tu as de la chance de ne pas devoir te poser autant de questions, tu n'as pas ce genre de problèmes... Si seulement je saurais quoi faire pour qu'il s'en souvienne, il ne peut pas avoir tout oublié pour du bon, mais comment faire en sorte au'il découvre quelque chose aussi profondemment enfui ?"

Sans parler du fait aue j'avais aussi peur au'en se souvenant de moi, il se souviendrait aussi de la perte de sa dragonne, et certainement ca le détruirait...
"Tu en penses auoi mon beau ? Est-ce aue j'ai le droit de refaire interruption dans sa vie comme ca, ou alors je dois le laisser partir pour son propre bien ? "
Evidemment, le cheval ne répondit pas, il se contenta de continuer à manger son foin en toute tranuilité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences à un cheval (pv Esendril)   Jeu 19 Jan - 20:30


→ Beaucoup de choses existaient jadis mais aucun de ceux qui vivent aujourd’hui ne s’en souviennent.
La vie à Honia était bien différente celle que j’avais pu vivre sur l’ile. Tout ici semblait me pousser à faire un pas vers mon passé et j’avais beau me défendre en disant que celui-ci ne m’intéressait pas, ce n’était surement pas complètement vrai. Mais pour le moment, il est bien difficile pour moi de trouver une quelconque idée de ce qu’avait pu être mon passé, si ce n’est bien évidemment le fait d’avoir été dragonnier. Difficile de dire le contraire vu la marque qui ornait mon poignet. Cependant avec le temps, la marque devenait de moins en moins visible et d’une certaine façon c’était aussi le signe que mon passé disparaissait avec elle. Bien sûr, ce n’était pas facile que je semblais le croire ; ni le vouloir, mais d’une certaine façon c’est plus facile de vivre sans savoir. J’aimais ma vie actuelle et d’une certaine façon j’avais peur de devoir la quitter en retrouvant mes souvenirs. Mais d’un autre côté, désormais, je ressentais le besoin de creuser un peu plus. Tout ça, à cause d’une femme. Une bien jolie femme d’ailleurs que je n’avais pas réussi à oublier. Pourquoi était-elle dans ma tête, pourquoi n’arrivais je tout simplement pas à l’oublier. A vrai dire, depuis sa rencontre, rien n’était pareil et surtout il y avait ses visions. Ses images qui me réveillaient la nuit et aussi belles qu’elles soient, elles étaient d’une frustration sans nom, j’étais bien incapable de voir la femme en question, ni d’entendre son prénom, mais bon dieu qu’est que je pouvais l’aimer. Il y avait une raison, si c’était elle qui avait permis de réenclencher mes souvenirs, elle devait être la clé et peut être la femme en question. Cependant, c’était à moi de souvenir, je devais me rappeler pour réussir à vivre comme je l’avais fait avant et pour le moment ce n’était pas encore ça.
Depuis notre rencontre, je n’avais cessé de l’observer de loin, essayant de comprendre l’importance qu’elle avait eu pour moi dans la vie. Elle avait deux enfants, qui sait, il s’agissait peut être des miens, mais d’un côté ça aurait été étrange, aucun d’eux ne semblaient éprouver le moindre intérêt à mon égard. Les relations avec son fils était d’ailleurs assez tendu, qu’est qu’il mettait du temps à imprimer celui-là. Oui, j’étais dur, mais sur un champ de bataille, il n’aurait pas sa place en continuant comme ça. La guerre n’était pas un plaisir, elle ne devait jamais le devenir, mais pour survivre on devait aussi apprendre à aimer l’art de se battre, de se défendre. La présence de son dragon me rendait nostalgique, surement le manque de mon dragon.
L’après midi était déjà avancé quand je me décidais à rentrer dans les écuries pour vérifier l’état de mon cheval. Il s’était mis à boiter dans la matinée. Heureusement tout semblait aller pour le mieux désormais. J’allais ressortir des écuries quand une voix se fit entendre. Ce n’était qu’un murmure et j’étais bien incapable de distinguer les paroles, si ce n’est les dernières. Un sourire s’afficha sur mon visage, en fait j’étais heureux de la retrouver. « Ah mon avis, s’il était capable de vous répondre, il vous dirait qu’il faut se battre quoi qu’il en coute et e jamais abandonner les personnes qui vous sont chers » En quelques sortes, je lui disais de ne pas abandonner, elle devait me faire retrouver la mémoire, elle était surement le seul moyen. Saisissant une brosse, je m’approchais de l’étalon noir lui flattant tendrement l’encolure. « C’est le cheval de votre fils n’est-ce pas, une créature magnifique, il a bon gout »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences à un cheval (pv Esendril)   Lun 23 Jan - 11:46


Honia... C'était assez étrange, mais la citadelle ne semblait pas vraiment avoir changé depuis ma dernière visite de ses lieux. Bien sur, les personnes qui foulaient désormais le sol de la citadelle avait changé, et pourtant, tout semblait être redevenu comme avait.Des rebelles qui s'empressaient de rejoindre Honia, qu'on y entrainait à se battre, qu'on se préeparait à la bataille. Tout cela semblait être une sorte de déjà vu. Mais bien sur,il manquait un élément important si l'on puisse dire : Will. Enfin, il était là, nais il ne s'agissait plus du même homme, puisqu'il n'avait plus aucun souvenir. Quoique... Sans le savoir, il semblait être retombé dans ses anciennes habitudes, du moins, il se comportaient comme il avait eu l'habitude de le faire avant que l'on sorte ensemble. Donc peut être cela signifiait que tout n'était pas encore perdu.
A vrai dire, si quelqu'un d'autre que Will m'aurait vu entrain de parler au cheval, il m'aurait sans doute cru folle comme tant d'autres le faisaient, et serait parti dans le sens opposé au lieu de venir vers moi. A vrai dire, su ce coup là, il avait réussi à me surprendre parce que je n'avais pas remarqué qu'il y avait quelqu'un d'autre dans les écuries. Sans doute j'avais été trop perdue dans mes pensées pour le remarquer arriver.
Je lui souriais en retour. Je savais qu'il avait raison, mais j'étais lasse de toujours devoir me battre... Et pourtant, j'étais bien incapable d'abandonner Will. Non, c'était tout simplement impensable, surtout vu qu'il se tenait là devant moi... Sans doute sans réelement comprendre de quoi on parlait, il venait de m'encourager de continuer à me battre pour lui, à ne pas l'abandonner, et autant dire que cela n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Malgré toutes les années, malgré tout ce qui avait pu nous arriver, je l'aimais toujours autant, j'aimais toujours autant le voir sourire. Non, une fois de plus, je ne pouvais pas abandonner, c'était tout simplement impossible. Mais comment faire qu'il s'en souvienne ? Voilà l'endroit où je me sentais perdue...Pourtant, il devait bien y avoir un moyen, puisque dans les paroles, je retrouvais mon Will d'antan.
"Vous alllez certainement me dire qu'il y a toujours de l'espoir, n'est-ce pas ?"
En tout cas, c'était ce que Will avait eu coutume à dire...
Le changement de sujet n'était sans doute pas plus mal, au moins de cette manière, on ne risquait pas de parler directement du passé.
"Oui, il semble avoir bon goût... Même si je ne le connais certainement pas aussi bien qu'il le mérite"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences à un cheval (pv Esendril)   Lun 23 Jan - 13:15


→ Beaucoup de choses existaient jadis mais aucun de ceux qui vivent aujourd’hui ne s’en souviennent.
Il était assez surprenant de me sentir aussi attiré par une femme, du moins de cette manière. Elle était jolie certes, mais ce n’était pas l’histoire d’une simple attirance physique, ça je l’avais compris au moment même ou mon regard avait croisé le sien. Il y avait quelque chose de bien profond, mais quoi ? C’était assez frustrant d’être incapable de se rappeler, encore plus frustrant d’avoir accès à des images, des souvenirs, que je n’étais pas encore capable de saisir. Etaient-ils des souvenirs ou tout simplement le fruit de mon imagination. A vrai dire, je n’étais pas capable de le dire pour le moment. Tout ça était trop flou dans mon esprit pour que je puisse en retirer quelque chose de vraiment valable. Il allait donc falloir que je patiente, mais s’il y avait une chose que je ne savais pas faire c’était bien patienter. Non, je n’étais franchement pas patient du tout, à part dans les moments ou ma vie dépendait de cette patience. Ma dernière mission avait été un franc succès, autant dire qu’il y avait de quoi être fier, ça n’avait pas été gagné dès le départ. Le plus important pour moi était de ramener tous mes hommes en vie et se fut le cas.
Cette aliénore semblait être la seule à m’avoir reconnu, voilà qui m’était un gros doute sur la véracité de ses propos. Pourquoi m’aurait-elle reconnu alors que le fameux Vorondir n’avait rien laissé paraitre. Il ne me connaissait pas, pourtant il s’occupait depuis toujours des dragonniers. Par contre, j’avais l’impression de le connaitre. Lui aussi apparaissait quelques fois dans mon esprit, ainsi qu’une énorme dragonne bleue.
Désormais, j’étais tout de même bien décidé à me souvenir, mais pour le moment je ne possédais que peu d’indice. De toute façon, la vérité n’aurait été pour moi qu’une espèce de contrainte. Je devais retrouver par moi-même la vie qui avait la mienne. C’était surement le seul moyen de devenir la personne que j’étais avant d’être Esendril. Cependant je n’avais pas non plus envie de dire adieu à ma vie actuelle, non elle me comblait de joie.
Ma main parcourait avec tendresse le corps de l’étalon. J’aimais les chevaux et celui-ci était un beau spécimen, il était bien fait. « En effet, et je peux vous dire que si je suis encore en vie c’est que l’espoir existe bel et bien » Après tout, ma survie relevait du miracle, ni plus, ni moins, alors oui j’aimais l’espoir. « Et puis s’il n’y avait pas d’espoir, je ne serais pas ici ». J’esquissais un sourire, comme beaucoup j’avais entendu parler de son histoire. Capturer par l’ennemi et garder captive pendant 18 longues années. « On a tous perdu beaucoup de choses dans cette guerre, je suis sûr que votre fils ne vous en veut pas, vous avez la chance de le retrouver, cette chance n’ait pas donné à tout le monde »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences à un cheval (pv Esendril)   Mer 25 Jan - 20:31

Le temps passé avec William et les enfants était toujours dans mon esprit. Même si on avait su que la situation était désespérée, on avait réussi à créer des souvenirs dignes de ce nom. Pendant les moments passés en famille, on avait pu oublier la guerre qui nous entourait. Il me suffisait de fermer les yeux pour revoir William avec entrain de faire tourner notre fils dans ses bras, et d'ailleurs dans des moments pareils, il avait été difficile de dire qui s'amusait plus : l'enfant ou l'adulte. Mais cela avait eu bien peu d'importance au final. Ce qui avait été bien plus en fin de compte, c'était plutôt qu'on avait profité de chaque instant. On avait été heureux de chaque moment qui nous avait été accordé à passer tous les quatre, puisqu'on avait compris bien avant la défaite d´finitive que notre bonheur n'allait certainement pas durer. Bien sur il y avait toujours eu de l'espoir pour notre cause, l'espoir d'un fou. Mais Fraedan avait été bien clement avec nous, puisqu'il nous avait permis de nous retrouver. Chacun était encore en vie, et maintenant, c'était une fois de plus à nous de prendre notre vie en main. Du moins, c'était le cas pour moi. J'allais devoir réapprendre à vivre, et d'une certaine manière, cet homme qui se faisait désormais appeler Esendril y jouait un rôle bien plus important qu'il ne devait se l'imaginer. Depuis notre dernière rencontre, je me réfugiais de moins en moins dans les illusions, les souvenirs du passé, tout simplement parce que désormais, je savais que l'homme que j'aimais était toujours en vie. Pour le moment, je n'avais encore rien fait pour tenter de faire en sorte qu'il se souvienne de quelque chose, tout simplement parce que j'avais hésité. Non pas parce que je ne voulais pas qu'il se souvienne de moi, mais tout simplement parce que j'avais peur que ça le détruise. Selon Vorondir, il y avait une cause de sa perte de mémoire, et ça pouvait très bien être une sorte de mécanisme d'autodéfense pour éviter que la perte de sa dragonne ne le détruise. Mais cela aurait également été injuste de ne pas lui laisser le choix... Le William que j'avais connu aurait certainement tout fait pour que je me rappelle si les situations auraient été inversées. D'autant plus que ses paroles m'avaient encouragées à continuer de chercher un moyen pour lui faire regagner sa mémoire.
"Oui, c'est vrai."
Bien sur, il ne pouvait pas savoir que je l'avais vu chuter dans les eau avec sa dragonne, il ne devait sans doute même pas se douter à quel point sa survie tenait du miracle. D'ailleurs, je ne pouvais pas m'empêcher de lui adresser un sourire. J'étais heureuse de le savoir en vie, peu importe les circonstances. Il était là, et c'était bien le plus important. Le reste, j'espèrais que cela allait s'arranger avec le temps.
"Peut être que vous aussi vous allez avoir la chance de retrouver votre famille, ils doivent vous attendre"
Bien sur, je parlais des enfants et moi, mais ça, il ne pouvait sans doute pas s'en douter... Pour le moment, Caelia et William ne savaient pas que leur père était en vie, et c'était certainement mieux comme ça pour le momen.
"Vous vous souvenez vraiment de rien ?"
J'avais posé cette question sur un ton parfaitement neutre, mais bien entendu, c'était celle qui m'interessait le plus
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences à un cheval (pv Esendril)   Jeu 26 Jan - 11:42


→ Beaucoup de choses existaient jadis mais aucun de ceux qui vivent aujourd’hui ne s’en souviennent.
Beaucoup de questions étaient en train de se poser dans mon esprit, mais aucune n’obtenait de réponses. Il aurait été bien plus facile de tout lui demander, mais ça aurait été une erreur. En tout cas, c’était ma façon de voir. Je n’étais surement pas prêt à me souvenir. Et puis même si on me racontait ma vie d’avant, cela ne m’aurait servi en rien si j’étais incapable de m’en souvenir. Dans cette situation, je n’aurais été que le spectateur de ma propre vie et me connaissant ça ne pouvait que finir mal. Non, il fallait que je prenne le temps de me souvenir de cette vie que j’avais oublié. Il y avait déjà de l’évolution. Avant d’arriver à Honia, je ne me souvenais de rien, pas un seul souvenir, mon passé était lointain, bien trop lointain pour que je m’en souvienne. Mais désormais, je sentais des images perdues revenir en moi. Le problème c’est que j’ignorais si il s’agissait de souvenirs ou d’illusions crées par mon imagination dans le but de me créer une vie. Le temps allait surement me dire ou se trouvait la vérité, mais pour le moment j’étais bien incapable de répondre au mystère de ma vie passée.
Cependant, s’il y avait bien une personne qui me donnait envie de me souvenir, c’était elle. Je n’osais imaginer l’importance qu’elle avait eu dans ma vie par peur de me tromper, mais une petite voix me disait tout simplement qu’elle était d’une importance capitale. Hors, pour le moment, rien ne me prouvait que j’étais sur la bonne voie, mais après tout c’était à moi de faire mon chemin et de tenter de mettre au clair toute cette histoire. La sienne me paraissait sortit d’un livre. Elle avait été la compagne du fameux dragonnier, son fils portait le même nom que cet homme, ils avaient eu une fille aussi, puis il était tombé comme beaucoup et elle avait été attrapé par l’ennemi. D’ailleurs, il devait être un peu énervé de l’avoir perdu, mais ça c’était une autre histoire.
Esendril appréciait les chevaux et leur qualité, sa préférence allait tout de même à son étalon d’un gris fer, mais l’étalon noir du jeune dragonnier m’héritait aussi toutes les attentions. L’animal était bien construit, une tête intelligente, il suivrait surement son cavalier dans toutes les batailles sans jamais faillir à sa tache et à d’autre moment, il lui ferait découvrir la beauté perdue de ce monde.
« M’attendre ? je ne sais pas… Presque 20 ans se sont écoulés, les choses changent et j’ai bien peur de ne plus jamais être celui que j’étais » Il resta concentré sur l’étalon, son passé restait tout de même un sujet épineux pour le dragonnier déchu, il sentait bien qu’il y avait du bon mais aussi du mauvais. Il haussa un sourcil, avant de poser son regard dans celui de la femme. « Je ne me souviens de rien, si ce n’est de la douleur de mes os s’entrechoquant entre eux et perçant ma peau, puis plus rien, le néant, ou la mort.. puis une lumière aveuglante celui qui éclaire bien souvent les îles bleues , rien de vraiment concret »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confidences à un cheval (pv Esendril)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confidences à un cheval (pv Esendril)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garde de la Citadelle a cheval.
» [question]cheval de troie[ok, disque formaté]
» J'vais me noyer sous un déluge, sans PC, sans mon cheval. Suicide en vue!
» Balade à Cheval
» La fuite du cheval ailé (Solo ou Duo, Jeu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Of Gods and Men :: Les terres ancestrales :: Honia :: Les écuries-
Sauter vers: